Expéditions quotidiennes
LIVRAISON GRATUITE pour la France dès 199 €

Tous les articles sont en STOCK !

Sérigraphie Hans Hartung : T1961-H27

Affiche Hans HARTUNG
"T1961-H27"



Sérigraphie d'après une oeuvre de 1951
sur un luxueux papier vélin épais 300g/m²
Dimensions de la sérigraphie : 114 x 84 cm


Disponibilité :
en stock

149.00 €
Quantité:



Biographie de Hans Hartung (1904-1989 Allemagne)

* * *

Hans HARTUNG naît le 21 septembre 1904 à Leipzig (Allemagne), dans une famille aisée et cultivée (son père et son grand-père sont médecins). S'interessant très tôt à la peinture, notamment à travers l'expressionnisme allemand, il réalise des séries de fusains abstraits dès le début des années 20. Poursuivant des études en philosophie et en histoire de l'art entre Leipzig et Dresde, il y découvre la peinture française et notamment le cubisme. Dès 1926, Hartung s'installe en France tout en voyageant régulièrement dans le reste de l'Europe. Il fait la connaissance d'une jeune artiste peintre norvégienne, Anna-Eva Bergman qu'il épouse en 1929. Le jeune couple est confronté à de multiples problèmes financiers, agravés par le fait qu'Hartung refuse de retourner vivre en Allemagne depuis l'accession au pouvoir d'Adolf Hitler. A Paris, il se lie d'amitié avec Henri Goetz, rencontre Kandinsky, Mondrian, Miro ou encore Calder, peint la série des "taches d'encre" et tente d'apaiser ses angoisses. Anna-Eva, malade, est contrainte de rentrer en Norvège (elle cessera d'ailleurs de peindre pendant près de 10 ans) et le couple divorce. Hartung, dont le passeport a été confisqué par l'Ambassade allemande, trouve refuge chez Goetz et poursuit son travail dans l'atelier du sculpteur Julio Gonzalez, dont il épouse la fille, Roberta, l'année suivante. Cherchant toujours à combattre le nazisme, il s'engage dans la Légion étrangère en décembre 1939, sert en Indochine avant d'être démobilisé et de quitter la France (occuppée) pour l'Espagne où, fait prisonnier, il passe sept mois dans un camp de concentration. Fuyant en Afrique du Nord, il s'engage de nouveau dans la Légion. En 1944, durant l'attaque de Belfort, il est gravement blessé et doit être amputé de la jambe droite. Lire plus ...