Galerie Passion Estampes

Tel : +33 (0)4 94 63 18 08
7j/7 - 9h-20h
Expéditions quotidiennes - Délais de livraison 24 à 48h

Actuellement LIVRAISON OFFERTE dès 50 € d'achat (*)

TOUTES les oeuvres sont en stock et disponibles immédiatement      Tel : 04 94 63 18 08   7/7j de 9h à 19h30  

Ils ont rêvé l'Amérique

Tony SOULIE - Le Port de Manhattan
Tony SOULIE - Le Port de Manhattan
Affiche d'art sur papier texturé
Cliquez sur la photo pour l'acquérir
Comme chantait Yves Simon : « J'ai rêvé New York... »

Ainsi pourrait-on présenter la génération d'artistes français héritiers du Pop Art américain.

Mélange culturel

Jacques Monory, le repenseur du « colorfield » revu en figuratif hyperréaliste; Tony Soulié, écrivain d'images et de symboles qui revisite les grandes cités du monde en les chromatisant; Alain Valtat, photographe et sérigraphe à l'affut de l'instant parfait où les lignes forment un langage universel.
Trois hommes, trois peintres, trois techniques relativement proches, mais trois expressions diamétralement différentes du rêve américain hérité des années 60.

Les mélanges, les allers et retours, les conquêtes ont permis à notre civilisation d'évoluer. Il en est de même pour la peinture. L'Amérique eut longtemps une peinture européenne, guère différente de ce qui se faisait sur le vieux continent.
Alain VALTAT - Wall Street
Alain VALTAT - Wall Street"
Sérigraphie originale signée et numérotée (avec collage)
Cliquez sur la photo pour l'acquérir
Jacques MONORY - Au-dessus des nuages
Jacques MONORY - "Au-dessus des nuages"
Lithographie originale signée et numérotée
Cliquez sur la photo pour l'acquérir

D'une génération d'Européens...

Mais en 1940, alors que l'Europe devenait champ de bataille, un impressionnant escadron de peintres européens débarquait à New York. Espagnols, juifs, français, modernes, inventeurs, ils avaient fui l'Europe pour continuer à créer. Et c'est ainsi que l'abstraction arriva jusqu'aux rives de l'Hudson, ainsi que Pollock, Rothko ou Motherwell purent entamer leurs cheminements; ainsi aussi que Fernand Leger, peintre épique de la modernité célébrée, influença toute une génération américaine au premier rang de laquelle figure Andy Warhol. Coloriste simplifiant sa figuration, Leger ouvrit les premières portes d'une nouvelle forme d'iconographie, faisant aussi bien référence à la publicité, qu'au cinéma ou à la bande dessinée.

... à une autre

Le mouvement purement américain qui en découla, allait dans son sillage, attirer nombres d'artistes européens qui adaptèrent le Pop Art à l'aune de leur vision, de leur culture et du formidable engouement pro-américain qui marqua les années 50 et le début des années 60.

Parmi eux, il convient de citer les italiens Valerio Adami et Mimo Rotella, qui mêlèrent au Pop Art des apports de collages et de cubisme, le finlandais Ero, formidable dessinateur et coloriste, fils spirituel de Lichtenstein et de l'Heroic Fantaisy, Klasen l'allemand exilé dans le sud de la France spécialiste de l'image publicitaire comme vecteur d'expression, et bien évidemment les nombreux artistes français qui explorèrent eux aussi cette voie.



Tony SOULIE - Chrysler Building, New York 2004
Tony SOULIE - "Chrysler Building, New York 2004"
Affiche d'art sur papier texturé
Cliquez sur la photo pour l'acquérir
Jacques MONORY - Fuite n°2
Jacques MONORY - Fuite n°2
Lithographie originale signée et numérotée
Cliquez sur la photo pour l'acquérir

Jacques Monory

Deux chemins furent suivis par les français rejoignant ce mouvement, l'un donna naissance à la figuration libre de Combas et Di Rosa qui rejoignirent ainsi les héritiers américains du Pop Art (Haring, Basquiat) et l'autre passa par le vecteur photographique, sur lequel nous nous penchons aujourd'hui.

Parmi eux donc Monory, le premier à avoir connu la reconnaissance de son art, de sa singularité et celui qui permit à l'hyperréalisme expressionniste de faire son entrée en France. Travaillant à base de photographies d'une Amérique rêvée comme le dernier espace sans limite, il distilla très tôt une chromographie exceptionnelle et revisita des images issues des polars des années 50 jusqu'aux road movies des années 70 comme s'il les inventait littéralement.

Highway et Hollywood

A travers sa peinture c'est aussi bien Nathaniel West qui est mis à l'honneur que Kerouac le vagabond céleste ou bien encore le héros de John Fante, Bandini. En inscrivant ainsi sa peinture, à la frontière de deux arts (cinéma et littérature), il a créé une voie nouvelle qu'il a su faire sienne, avec poésie, invention et force. Des déserts de l'Utah aux sommets enneigés du Montana, Monory trouva sa thématique dans le Grand Ouest, une Amérique d'espace loin des villes, une Amérique de petits motels au milieu de nulle part.



Jacques MONORY - Adieu ma Jolie
Jacques MONORY - Adieu ma Jolie
Lithographie originale signée et numérotée
Cliquez sur la photo pour l'acquérir
Tony SOULIE - Chicago
Tony SOULIE - Chicago
Lithographie originale signée et numérotée
Cliquez sur la photo pour l'acquérir

Tony Soulié

Tony Soulié, plus jeune, est un homme des villes, un peintre glorifiant les constructions humaines, dont le langage visuel s'est forgé dans une modernité assumée.
Travaillant lui aussi à base de photographies, il irise celles-ci pour les saturer, les vieillir, les ennoblir et leur donner cette patine du passé qui fait surgir le Brooklyn Bridge d'aujourd'hui sur des teintes sépia héritées d'hier.

L'homme des villes

Mais là où Soulié est unique et a su trouver une voie nouvelle c'est que son rêve ne fut pas que d'Amérique. Partant à la rencontre d'autres cultures, il « popartisa » également les plages du Pacifique où les mégapoles nippones, emmenant ainsi le Pop Art jusqu'en Asie pour une unification plus complète d'une culture mondialisée.
C'était d'ailleurs l'un des objectifs de Warhol qui cherchait dans les icônes les plus universelles (Marilyn, Mickey, Jackie ou Mao) l'expression du monde entier sur un seul visage.



Tony SOULIE - New York vue sur Brooklyn
Tony SOULIE - New York vue sur Brooklyn
Affiche d'art sur papier texturé
Cliquez sur la photo pour l'acquérir
Alain VALTAT - Pol
Alain VALTAT - "Pol"
Sérigraphie originale signée et numérotée
Cliquez sur la photo pour l'acquérir

Alain Valtat

Alain Valtat aussi s'appuie sur la photographie pour créer ses sérigraphies, mais il est, lui, directement issu de cette mouvance puisqu'il couvrit les grands évènements des années 60, Leica en bandoulière, de Prague à Saïgon comme reporter-photographe. C'est d'ailleurs là qu'il met son génie personnel au service du renouvellement du Pop Art. Ses oeuvres sont de merveilleuses constructions toutes en équilibre entre lignes et formes. Des perspectives parfaites qu'il met en couleurs comme si le noir et blanc avait trop longtemps hanté ses cauchemars. Ce sont donc des hymnes à la couleur qu'il nous offre, pour redécouvrir l'Amérique sous des teintes heureuses.

Photographe sublimeur

C'est également sur un travail reposant sur l'opposition lumière / ombre (une autre référence évidente à la photographie) qu'il se démarque de ces contemporains. Les noirs de ces oeuvres sont d'ailleurs particulièrement remarquables.

Tous les trois sont à découvrir ou redécouvrir pour partager un petit bout de chemin sur une route ensoleillée d'une Amérique héritée de rêves d'il y a 40 années.



Alain VALTAT - Camion rouge
Alain VALTAT - Camion rouge
Sérigraphie originale signée et numérotée
Cliquez sur la photo pour l'acquérir