Galerie Passion Estampes

Tel : +33 (0)4 94 63 18 08
7j/7 - 9h-20h
Expéditions quotidiennes - Délais de livraison 24 à 48h

LIVRAISON OFFERTE dès 199 € d'achat (*)

Roy Lichtenstein : le passeur d'artifices

Roy Lichtenstein - Fille au ruban dans les cheveux
Roy Lichtenstein "Fille au ruban dans les cheveux"
Affiche d'Art
Image cliquable
L'après-guerre aux Etats-Unis fut fortement marquée par le « bonheur » de consommer. Sous l'ère du Président Eisenhower, entre les guerres de Corée et du Viêt-Nam, le rêve américain était consumériste.

Mais les années 60, marquées par les désillusions en tout genre, contestèrent cette évidence et l'objet fut soudain ramené à son état de chose et non plus de symbole du désir absolu du citoyen moyen...



C'est dans cette période que le Pop Art vit le jour. Détourner l'objet de son utilisation première pour en faire une oeuvre d'art, tout en le représentant dans sa réalité sans le trahir ou l'embellir était l'un des concepts du nouveau mouvement. Le but étant de nous apprendre à porter un regard neuf sur ce que nous cottoyons chaque jour. Poussant la réflexion encore plus loin, ce sont les stars qui soudain devinrent objets à représenter.
Et tandis qu'Andy Warhol, « The Pope of the Pop », multipliait les Marilyn ou les Jackie (icônes tristes de la fin des illusions), Roy Lichtenstein, lui, s'attacha à repenser les images d'Epinal de l'Amérique. Celles-là même que Norman Rockwell avait emplies d'une substance toute nostalgique, Lichtenstein, lui, allaient les vider de leurs émotions en leur donnant les couleurs de son impression typique « bande dessinée » (ou comics comme on les appelle outre-Atlantique).

Roy Lichtenstein - Interior with skyline
Roy Lichtenstein "Interior with skyline"
Affiche d'Art
Image cliquable
Roy Lichtenstein - Woman in bath, 1963
Roy Lichtenstein "Woman in bath, 1963"
Image cliquable
Ainsi c'est avec des blondes aux lèvres pulpeuses appelant un héros à la machoire carrée que Lichtenstein déboula dans le monde pictural. En s'attaquant aux symboles de l'héroïsme, mais également aux stéréotypes de l'hygiène, il se tailla son propre espace d'expression. Mais l'un des apports les plus importants de Lichtenstein, en dehors de cette trame pixelisée qui caractérise sa technique, est le cadrage très particulier de ses toiles. Ses découpages ont la particularité d'être éminements cinématographiques, comme si ses peintures avaient été passées au filtre des critères de l'image de John Ford, repensées après étude du plan large en technicolor, ou du gros plan macro captant le regard.

Né à Pittsburg (comme Warhol et Haring), Lichtenstein a grandi à New York et est venu de lui-même au dessin et à la peinture durant la fin de son adolescence. Mettant près de quinze ans à trouver son style et à inventer son propre langage graphique, qu'il définissait comme « aussi artificiel que possible », il sut s'imposer en allant toujours plus loin dans la fusion de la peinture, de la publicité, du cinéma et de la BD.

En se référant en permanence à la publicité, avec des couleurs tapageuses devant retenir l'attention du spectateur et des formes simples compréhensibles par tous, le Pop Art ouvrit une brèche nouvelle. Loin de considérer l'art comme un îlot préservé, hors du temps, les artistes qui composaient ce mouvement étaient parfaitement conscients du fait qu'ils devaient « vendre ». C'est d'ailleurs l'une des différences majeures entre cette première génération de peintres américains (et d'écrivains et de réalisateurs) et leurs homologues européens : ils ne perdirent jamais de vue que l'art était au final destiné à être acheté...
Roy Lichtenstein - Forget it, Forget me
Roy Lichtenstein "Forget it, Forget me"
Image cliquable
Roy Lichtenstein - Sunrise
Roy Lichtenstein "Sunrise"
Image cliquable
Lichtenstein, bien que moins célèbre que Warhol durant les années 60 et 70, influença peut-être plus durablement, la génération de peintres européens et américains qui, dans les années 70 et 80, repartit du Pop Art pour créer de nouvelles mouvances. Entre Haring, Combas, Di Rosa ou encore Rotella, il est aisé de voir que l'homme qui fit entrer la typographie dans le monde de la peinture, a laissé une trace durable dans l'expression artistique actuelle.