Galerie Passion Estampes

Tel : +33 (0)4 94 63 18 08
7j/7 - 9h-20h

Actuellement LIVRAISON OFFERTE dès 50 € d'achat (*)

John Blacksad

Cinq Tomes d'une Amérique redessinée

Juanjo GUARNIDO - Blacksad Bar
John Blacksad
Signée et numérotée sur 320 exemplaires
Image cliquable
En 2000, débarquait dans notre imaginaire visuel, John Blacksad, détective new yorkais au grand cœur, fatigué, blasé.. Et chat de son état !

Une grande claque visuelle !

Avec son sens du cadrage cinématographique assumé, sa mythologie policière héritée de Chandler ou d'Elroy (en moins complexe, tout de même), Junjo Guarnido et Juan Diaz Canales nous subjuguèrent par leur bestiaire dense et intelligent.

Des scènes époustouflantes, vivantes, des cadrages et des dessins flamboyants, des couleurs somptueuses, un nouveau héros était né et avait derechef rejoint le panthéon de nos passions bédéphiliques aux éditions © Dargaud.



Un univers anthropomorphe

Imposer un univers et un personnage en un one shot n'est pas chose aisée. Guarnido avec son talent graphique exceptionnel et Canales avec ses voix-off ciselées et ses silences évocateurs ont su réussir ce pari et nous emporter de tome en tome à travers une Amérique magnifiquement « relue » dans son fantasme collectif et ses soubresauts historiques de la seconde partie du XXe siècle.

Le choix de l'anthropomorphisme s'il n'était pas nouveau (L'inspecteur Canardo) est ici particulièrement bien exploité. Car l'animal est tout à la fois l'extension physique du personnage (caractère lié à l'espèce représentée) mais aussi une sorte de « Totem » : une fouine journaliste, un gorille boxeur, un coq politicien ou encore une hyène agent littéraire !

Juanjo GUARNIDO - Blacksad New York
Juanjo GUARNIDO - Blacksad New York
Image cliquable
Juanjo GUARNIDO - Quelque part entre les ombres
Juanjo GUARNIDO - Quelque part entre les ombres
Image cliquable

Quelque part entre les ombres

Le premier opus « Quelque part entre les ombres » a réussi le pari de réunir des cinéphiles, des amoureux des polars façon « Le faucon maltais », des fans de BD européenne classique et des amoureux de visuels bien construits et singulièrement beaux.

Avec ce coup d'essai dans la bande dessinée, le duo Guarnido / Canales, qui venaient tous les deux de l'animation, s'est hissé sur l'Olympe du 9ème art.

La surprise, l'engouement fut presque immédiat et le fait d'avoir un album avec une histoire conclue n'empêcha pas la naissance d'une série.

Arctic-Nation

Le Tome 2 « Arctic-Nation » prenait un chemin plus politique. Avec en toile de fond le Klu Klux Klan (ici donc appelé Arctic-Nation) et le racisme rampant dans une Amérique encore marquée par les conséquences et les suites de la Seconde Guerre mondiale.

Avec des cases toujours aussi fouillées et l'apparition de Weekly, le duo espagnol nous confortait dans notre passion blacksadienne.
Juanjo GUARNIDO - Arctic-Nation
Juanjo GUARNIDO - Arctic-Nation
Image cliquable
Juanjo GUARNIDO - L'âme Rouge
Juanjo GUARNIDO - L'âme Rouge
Image cliquable

L'âme Rouge

Le troisième album « Ame rouge » explorait les ignominies du maccarthysme et s'avérait plus dense, plus tragique et sans doute plus « humain » aussi. John, de plus en plus marqué par l'acharnement du sort qui veut que les êtres qui lui sont chers disparaissent tragiquement les uns après les autres, semble au bord du gouffre dans cet opus.

Le rougeoiement du titre et de l'album (le péril rouge, intérieur ou extérieur, réel ou fantasmé) est une magnifique illustration de la capacité de Canales a écrire « pour » que l'art de Guarnido s'exprime au mieux, pour que chaque album ait une âme chromatique différente, non par simple volonté artistique, mais par évidence scénaristique !

L'enfer, le silence

Le quatrième tome « L'enfer, le silence » voyait Blacksad (et Weekly) quitter New York pour la Nouvelle Orléans. Le Quartier français, le Jazz, la langueur du sud, le vaudou ( un clin d'oeil au Angel Heart d'Alan Parker avec le crépusculaire Mickey Rourke) et une galerie de personnages savamment renouvelée donnait à cet album un ton très différent. Sombre, presque désespéré, s'il retrouvait les qualités visuels des premiers albums, il perdait parfois le lecteur dans un scénario un peu trop éparpillé du fait d'une envie d'en raconter « trop ».

Bleu, embarquant pour la première fois ses héros loin des villes de l'est des Etats-Unis, l'opus semble aujourd'hui, au regard du suivant, comme le début d'une réinvention de l'univers de Blacksad. Les personnages évoluant, bougeant vers l'Ouest, commençant à s'extraire de l'après-guerre pour entrer dans les mythiques années 60.
Juanjo GUARNIDO - Jazz'n Fun's Club
Juanjo GUARNIDO - Jazz'n Fun's Club
Image cliquable
Juanjo GUARNIDO - Amarillo
Juanjo GUARNIDO - Amarillo
Signée et numérotée sur 399 exemplaires
Image cliquable

Amarillo

Avec « Amarillo », le Tome 5, c'est donc aux portes de ces années 60 que Guarnido et Canales nous happent. En sortant des mégapoles, en s'évadant de la grisaille des villes, des ambiances enfumées des clubs de jazz, ils amènent John Blacksad sur le chemin du Way of Life.

L'Ouest se dessine avec ses paysages sans limite, sa mythique frontière, ses engins vrombissants sous un soleil de plomb. Des pionniers avec leurs chariots aux vagabonds de Kerouac, c'est tout un mythe nouveau que commence à arpenter les deux hispaniques. Brando avait quitté les Quais pour rejoindre l'équipée sauvage, Blacksad semble lui aussi vouloir le faire !

En couleurs heureuses, loin des noirceurs des tomes précédents, « Amarillo » augure d'un regard plus optimiste dans une Amérique où le bonheur personnel et immédiat est alors à l'ordre du jour... So long, John !


Juanjo Guarnido
Juanjo GUARNIDO à Angoulême en 2013